2ème groupe : les chiens de terrier


chien terrier

Les chiens de terrier sont des chiens de chasse dressés et sélectionnés pour une chasse particulière, qui consiste à repérer, détruire, débusquer et tenir en respect le gibier dans ses retraites profondes et souterraines. Le mérite des terriers est d’autant plus grand qu’ils sont utilisés et entraînés de préférence contre les renards et les blaireaux. Ce sont le plus souvent des chiens de petite taille, robustes, d'un tempérament ardent et vindicatif, à la mâchoire remarquablement armée et solide. Les terriers ont presque tous une origine anglaise et l’old-english-terrier semble être à l’origine de toutes les races existantes. Aujourd’hui, ils deviennent de plus en plus des chiens de compagnie.

L'airedale.

Originaire de la vallée de l’Aire, dans le Yorkshire, c’est le plus grand des terriers. Ce chien a été créé au siècle dernier, à partir de croisements entre l’old-english-terrier et l’otterhound, pour la chasse à la loutre. C’est un animal athlétique, franc, fidèle et vigilant. Le toilettage accentue chez lui l’aspect de chien en bois équarri. Son adaptation à la vie sédentaire en a fait un très agréable chien de compagnie et un ami des enfants.

Tête : rectangulaire. Oreilles : petites, en V, un peu relevées. Poil : dur, rêche mais non broussailleux.Robe : noir et feu, ou gris et feu. Queue : attachée haut, portée bien droite, amputée aux deux tiers de sa longueur.Taille : de cinquante-cinq à soixante centimètres pour les mâles ; cinquante-huit centimètres au maximum pour les femelles.

Le Burlington-terrier.

Ce chien, peu connu jusqu’à ces dernières années sur le continent, commence à être à la mode. Il est fort, agile et résistant ; ce sont sans doute ces qualités qui ont fait de lui le compagnon des mineurs de Newcastle.

Bien qu’il soit volontiers querelleur et batailleur, on fait maintenant de ce chien, qui ressemble à un petit mouton, un chien de compagnie.

Tête : elle ressemble curieusement à celle d’un mouton à profil convexe ; le crâne est étroit et arrondi ; le stop n’est pas accusé.Oreilles : modérément grandes, portées bien en avant, à plat le long des joues ; couvertes d’un poil fin et soyeux ; en forme d’amande. Poil : bouclé dur ; serré, ne pendant pas ; plat sur les côtés avec un sous-poil doux. On doit conserver, au toilettage, le toupet qui couvre le crâne. Robe : elle est bleu foncé, bleu et marron-rouge, marron-rouge et feu, sable et feu.Queue : longue, épaisse à la racine, s’amincissant vers le bout, très peu frangée à la partie inférieure. Taille : de trente-huit à quarante centimètres.

Le bull-terrier.

C’est le descendant de l’ancien Staffordshire terrier qui était autrefois utilisé dans les combats contre les taureaux. Le bull-terrier est un chien fidèle ; malgré sa physionomie c’est un agréable compagnon ; c’est, en outre, un défenseur plein de mordant. On connaît quatre variétés de bull-terriers : le pur white, le coloured, le miniature et le Staffordshire-terrier moderne.

Tête : très particulière et peu attirante, elle est de forme ovoïde avec un crâne plat entre les oreilles ; elle ne comporte aucun stop. Les yeux sont en amande et de très faible volume, ce qui donne au bull-terrier un air curieusement asiatique. Oreilles : petites, minces, droites et en pointe, placées au sommet du crâne et rapprochées l’une de l’autre. Poil : court, plat, lustré, dur au toucher.Robe : la plus répandue est le blanc pur. Elle est brune ou bringée pour le coloured ; rouge fauve, blanc, noir, bleu, ou une de ces couleurs avec le blanc pour le Staffordshire ; enfin toutes les couleurs sont possibles pour la miniature. Queue : courte, plate, dure au toucher et brillante, horizontale, épaisse à la base, s’effilant à son extrémité. Taille : de trente à quarante- cinq centimètres pour le Staffordshire-terrier, le pur white, le coloured, et de vingt à trente centimètres pour la miniature.

Le cairn-terrier.

Chien écossais, il doit son nom au fait que ses ancêtres chassaient la loutre, au bord de la mer, dans des éboulements de rochers : les cairns.

C’est un petit chien ébouriffé dont la tête ressemble à celle du renard. Il est courageux et actif ; c’est un excellent chasseur de rats ; il est bon gardien et fidèle compagnon.

Tête : petite, mais harmonieuse, recouverte de poils ébouriffés.Oreilles : petites, pointues, portées droites.Poil : assez dur et dru ; il a un sous-poil touffu et serré, rare chez le terrier. Robe : fauve, biscuit, grise, bringée ou presque noire ; la pointe des oreilles et le museau noirs sont très caractéristiques. Queue : assez courte, couverte de poils, portée en l’air, sans être recourbée sur le dos.Taille : vingt-cinq centimètres au plus.

Le dandie-dinmont-terrier.

Originaire d’Écosse, plus précisément du Northumberland, son nom lui a été attribué à la suite d’un roman de Walter Scott dont

le héros se nommait Dandie Dinmont et qui vivait en compagnie de ces chiens.

Bien que chasseur redoutable, aux mâchoires puissantes, avec des canines d’une taille extraordinaire, son aspect est celui d’un chien de salon. Ses yeux sont grands, brillants, expressifs, intelligents.

Tête : puissante au crâne bombé. Oreilles : longues de sept à dix centimètres, elles sont pendantes près des joues, attachées en arrière, larges au point d’attache et se terminant presque en pointe. Elles portent une petite frange de poils lorsque le chien est adulte ; il attend parfois l’âge de deux ans avant d’en être pourvu. Poil : c’est un curieux mélange de poil dur et de poil doux ; sous la partie inférieure du corps, le poil est plus clair et plus doux, et la peau du ventre s’accorde en couleur avec celle du chien. Robe : poivre ou moutarde ; les poivres vont du noir foncé au gris argent ; les oreilles sont foncées, rousses, brunes ou noires. Les moutardes vont du brun rougeâtre au fauve pâle ; les oreilles sont plus foncées mais de la même couleur ; la tête est blanc crème. Presque tous les dandie-dinmont ont du blanc à la poitrine et aux pieds. Leur queue est plus foncée que l’ensemble de la robe. Queue : plutôt courte et couverte à la partie supérieure d’un poil dur, elle est ornée d’une frange allant en diminuant vers l’extrémité. Elle est incurvée comme un cimeterre.Taille : de vingt à vingt-huit centimètres.


chien cairn

Le fox-terrier à poil dur.

C’est l’une des variétés de fox-terrier puisqu’il existe deux variétés ; le fox-terrier à poil dur et le fox-terrier à poil lisse. Ce sont les plus représentatifs de la race des terriers. Connus depuis le XV' siècle, ils ont été surtout sélectionnés par les maîtres d’équipage pour aider les fox-hounds dans la chasse au renard.

Si leur vivacité, leur intelligence et leur beauté les font considérer comme de très agréables chiens de compagnie, ce sont avant tout des chiens de sport.

Très élégant, le terrier à poil dur est le Rie du fameux couple Rie et Rac. Il a une allure particulièrement remarquable, et il est admiré, même par ceux qui prétendent être insensibles à la race canine.

Tête : allongée, c’est la coupe de sa barbe qui lui donne un museau à l’aspect carré. Oreilles : petites, en V.

Poil : plus il est dur, plus il est beau. Il n’est ni soyeux ni laineux.Robe ; blanche avec des taches noires, et rouge-brunQueue : attachée haut, courte. Taille : de trente-six à trente-huit centimètres.

Le fox-terrier à poil lisse.

Il est gai, vif et actif. Endurant, fort, il court vite et longtemps, ainsi que l’exige la chasse au renard.

Tête : crâne plat, modérément étroit et diminuant graduellement en largeur à la hauteur des yeux. Stop peu apparent. Oreilles : petites, peu épaisses, en forme de V, retombant en avant près de la joue.Poil : droit, plat, lisse, dense et abondant.Robe : blanche avec des taches noires, ou blanche avec des taches noires et feu ; le blanc doit dominer. Queue : attachée assez haut et portée gaiement, elle n’est ni enroulée ni rejetée au-dessus du dos. Taille : de trente-six à trente-huit centimètres.

L'irish-blue ou kerry-blue.

C’est le chien national irlandais. Connu depuis fort longtemps dans ce pays, il n’a été introduit en Angleterre et en France qu’en 1920. Il sait tout faire : il chasse remarquablement le lapin, le blaireau et la loutre. C’est aussi un bon pisteur sur terre et dans l’eau. Il montre une grande endurance, il garde et conduit les troupeaux. C’est un compagnon fidèle à qui l’on peut confier la garde des propriétés.

Tête : crâne plat, stop pratiquement inexistant, le toilettage doit lui donner une belle tête carrée. Oreilles : petites, en forme de V.Poil : mou, et soyeux à l’œil et au toucher, capable de résister à tous les temps ; la tête et le cou doivent être très dégagés au toilettage, tandis que le corps reste bien garni de poils.Robe : elle est de toutes les nuances de bleu, allant du bleu clair au bleu foncé (un peu de brun-rouge est permis jusqu’à l’Age de dix-huit mois, après quoi ces taches constituent une cause de disqualification en concours). Queue : amputée, portée gaiement et droite. Taille : de quarante-cinq à quarante-sept centimètres pour les mâles ; de quarante à quarante-cinq centimètres pour les femelles.

L'irish-terrier.

Ce joli chien a une constitution identique à celle du fox-terrier.

Doux, loyal, fidèle, courageux, affectueux, il est également très fier. Batailleur, hargneux avec les autres chiens, il a une attitude pleine de courage devant le danger. Doué d’un odorat très subtil, c’est un bon chasseur au marais. Sa souplesse, son courage et sa vitesse lui donnent beaucoup d’avantages.

Tête : longue, crâne plat et étroit. Oreilles : petites, en forme de V, d’épaisseur modérée, bien attachées sur la tête et pendant en avant près des joues. Poil : dur, plat, mi- long sur le corps, dur et court sur la tête avec une légère barbe au menton.Robe : d’une couleur uniforme, de préférence rouge doré, rouge ou jaune rougeâtre ; le blanc apparaît quelquefois sur la poitrine et sur les pieds. Queue : généralement écourtée, sans frange, mais bien couverte de poils durs, attachée haut, portée gaiement, mais pas au-dessus du dos ou roulée. Taille : quarante-cinq centimètres environ.

Le scottish-terrier.

Ce chien, dont on a prétendu qu’il était connu dans les hautes terres d’Ecosse avant l’invasion romaine, a été introduit en Angleterre par Jacques Ier.

On le connaît bien en France : il est le Rac du célèbre couple Rie et Rac.

C’est le terrier du type basset, chasseur de renard sur terrain découvert ou non, et non dans les terriers.

Sa physionomie gaie, mobile et rusée, son caractère, sa démarche décidée, l’on fait surnommer le clown des terriers. Perdant toute destination utilitaire, il devient de plus en plus un chien de compagnie.

Tête : assez grande ; crâne plat et étroit. Oreilles : petites et pointues, elles ont la forme d’un triangle isocèle dont la base serait environ le tiers de la hauteur ; attachées haut, elles sont portées bien dressées et parallèles lorsque le chien est attentif. Poil : raide, très abondant, de texture très dure, dite fil-de-fer, d’une longueur de cinq centimètres environ, plus court à la jonction du crâne et de la face ; ce chien est également porteur d’un sous-poil doux et extrêmement dense. Robe : gris acier ou gris fer, gris bringé, noir bringé. La tête et le corps doivent subir un toilettage spécial qui donne à ce chien une allure spécifique. Queue : sa longueur est d’environ dix-sept centimètres, de courbe légère, en lame de sabre ; son extrémité est pointue et son attache est épaisse.Taille : de vingt-deux à trente centimètres environ.

Le skye-terrier.

C’est un des chiens de terrier écossais comme le cairn et le Scottish.

Son aspect est surprenant : son corps allongé et près de la terre, sa fourrure qui descend jusqu’au sol lui donnent une silhouette rampante aux formes solides, mais imprécises. Il se déplace curieusement, dans un style coulé, donnant l’impression qu’il ne bouge pas les pattes mais qu’il glisse.

C’est un chien de terrier remarquable, intelligent et actif, mais l’étrangeté et la beauté de sa forme et de sa robe tendent à faire du Skye un chien de compagnie fort apprécié. Sa curieuse démarche glissante lui donne une très belle allure.

Tête : la tête est longue, avec un crâne large au niveau du front ; le stop est peu accusé, mais il existe une légère dépression derrière les yeux, qui sont rarement visibles tant les poils qui les recouvrent sont fournis.Oreilles : petites et bien dressées si elles sont droites, légèrement plus grandes et appliquées contre le front si elles sont tombantes. Poil : le poil du skye-terrier est double ; un sous-poil court, laineux et serré est masqué par un poil particulièrement long (jusqu’à douze centimètres), droit, rude et dur comme du poil de chèvre, qui se sépare de chaque côté du corps jusqu’au sol. Ce poil est plus mou et plus court (sept centimètres) au niveau de la tête, mais il cache malgré tout complètement les yeux. Robe : grise, du plus clair au plus foncé, elle peut être bleu pâle, fauve avec des poils noirs, noire et même blanche. Les membres et la face sont toujours plus foncés dans les robes claires. Queue : tombante au repos, elle prolonge le corps horizontalement en action ; elle est ornée d’une belle frange. Taille : de vingt et un à vingt-quatre centimètres.

Le Welsh-terrier.

C’est le terrier du pays de Galles ; il ne faut pas le confondre avec l’airedale ou avec le fox à poil dur. Vif et courageux, c’est un compagnon agréable ; il est moins nerveux que le fox.

Tête : elle ressemble à celle du fox-terrier à poil dur, mais en plus important.Oreilles : petites, en forme de V, attachées haut, portées en avant près de la joue. Poil : dur, serré et abondant, sec et raide. Robe : noire et feu, grise et feu.Queue : écourtée, portée droite. Taille : environ trente-sept centimètres pour les mâles ; trente- cinq centimètres pour les femelles.